Faut-il être souple pour pratiquer le yoga ?

Faut-il être souple pour pratiquer le yoga ?

« Le yoga ça n'est pas pour moi, je ne suis pas assez souple ! ». Voici une phrase que l'on entend souvent lorsque l'on enseigne le yoga. Beaucoup de personnes pensent que c'est une discipline peu accessible pour cette raison. A première vue, avec toutes ces postures qui nous semblent compliquées, on dirait que le yoga est une discipline réservée aux personnes souples. Faire le grand écart, le pont, le lotus, nous, on n'y arrivera jamais ! Or, le but du yoga est bien plus large qu'une question de souplesse. Être bien dans son corps, dans sa vie et ses relations, c'est dans cette direction que l'on regarde et travailler sa souplesse peut nous y aider. Découvrons ensemble comment laisser derrière nous ce cliché du yoga.

Pourquoi s'assouplir ?

La raideur dans le corps est une tension dans les muscles, pouvant empêcher ou limiter le mouvement, voire créer de la douleur. Les raisons peuvent être nombreuses, telles un effort important, une mauvaise posture, des inflammations dans le corps, ou encore la fatigue, …

Or, nos muscles ne sont pas faits pour être raides mais élastiques, c'est-à-dire qu'ils sont capables à tout moment de s'étirer ou de se contracter, en fonction du mouvement à réaliser. Et quand vous bougez, certains muscles s'étirent pour permettre aux autres de se contracter et ainsi assurer la stabilité de votre posture. Vous l'aurez compris, la souplesse n'est pas une question d'esthétique, c'est avant tout une question d'équilibre physique et de liberté de mouvement.

Vous ressentez peut-être aussi des douleurs liées à votre manque de souplesse, lorsque vous vous penchez en avant, ou lorsque vous vous asseyez au sol par exemple. Et la douleur n'est justement pas un signe d'équilibre ! Au contraire, elle est un signal qui nous dit que quelque chose ne va pas. Sans être un athlète de cirque, on a tous envie de pouvoir bouger dans la vie de tous les jours sans être empêchés par ces tensions gênantes. Jouer avec nos enfants, danser, faire un pique nique, pratiquer notre activité ou sport favori. Nous assouplir peut tout simplement nous aider à vivre plus pleinement et plus agréablement ces instants de notre vie.

Être très souple n'est pas mieux qu'être raide

Saviez-vous que les personnes très souples ont beaucoup plus de risque de se blesser en bougeant que les personnes raides ? Et oui, puisque la souplesse musculaire permet une grande amplitude de mouvement, on peut parfois aller plus loin que ce que nos ligaments et articulations peuvent accepter. Contrairement à ce que vous pouvez penser en regardant quelqu'un faire un grand écart ou se contorsionner, la souplesse n'est pas toujours un cadeau. Il faut être très vigilant, connaître ses limites et … se muscler pour se protéger ! C'est ici que nous revenons à notre notion d'équilibre. L'important dans notre pratique de yoga, dans notre posture et nos mouvements, ça n'est ni la force, ni la souplesse, mais bien l'équilibre entre les deux. Et c'est là où la pratique du yoga a un intérêt majeur, car c'est justement de cette manière que l'on aborde le mouvement.

Focus posture plutôt que focus souplesse

Dans le yoga, on va se concentrer sur notre posture plutôt que sur la souplesse en soi. Retrouver une bonne posture au quotidien, pour aider notre corps à lutter contre la force de la gravité et à trouver une aisance dans le mouvement. Mais il ne faut pas confondre aisance avec confort. Nous avons peut-être déjà tous pensé qu'il devait être bien confortable de n'avoir aucun effort à faire quand on est souple, pour s'installer dans une posture. Mais le yoga n'a pas pour objectif de nous installer dans le confort ou la paresse, qui, sur le long terme, nous fait perdre notre tonus musculaire. C'est le syndrome du canapé !

« Sthira-sukham asanam », l'un des Sûtra les plus connus, nous indique comment pratiquer les asanas. Les Sûtra sont un ensemble de 196 aphorismes rédigés en sanskrit et ils sont considérés comme les fondements du yoga. Leur aspect synthétique permet des interprétations différentes par ceux qui les étudient et laissent place à l'expérimentation, en particulier la vôtre ! Le grand maître B.K.S. Iyengar nous en apporte un éclairage intéressant . Il nous dit que les postures doivent être pratiquées dans la stabilité (sthira) et dans le contentement (sukham). Il nous dit que notre corps ne doit pas être une manifestation de notre ego et que les postures ne doivent « en aucun cas, déformer la structure normale, originale, du corps anatomique ». On doit s'accepter tel que l'on est, souple ou pas souple. L'important dans votre pratique, ne sera donc pas d'aller le plus loin possible dans votre étirement, mais d'observer l'étirement juste pour vous ; d'être conscient de la limite à ne pas dépasser. Le yoga est une pratique subtile, qui va nous aider à trouver une certaine harmonie en nous. « Pendant la pratique des asanas, si une partie du corps bouge, tout le corps doit bouger de façon coordonnée », nous dit-il encore. La souplesse est donc bien une pratique de l'équilibre, de la coordination, de l'harmonie. Et avec le temps et une pratique régulière, la pratique ne devient pas « facile », mais l'effort que l'on fait nous semble sans effort. Car on se connaît mieux, on sait nos limites et on ressent, dans notre travail postural, ce qui est bien pour nous.

Et si j'étais souple ?

La dernière chose que le yoga peut nous apprendre vis-à-vis de la souplesse, c'est que cette dernière est une construction du mental. Est-ce qu'être souple c'est réaliser cette posture incroyable que j'ai vue sur un magazine ? Est-ce qu'être souple c'est pouvoir dire « je suis souple » ? Non.

Être souple, c'est parvenir à ne plus se laisser guider par le mental et par l'ego et accepter le fait que l'on peut évoluer. Je ne suis pas souple ? Soit. Et bien peut-être les choses peuvent être autrement. Peut-être puis-je m'assouplir, dans le corps et dans la tête.

Peut-être ne mettrez-vous jamais le pied derrière la tête, si votre anatomie n'est pas prédisposée à ça, mais peut-être dans quelques mois pourrez vous vous pencher vers l'avant sans que cela ne vous tire dans les jambes ou dans le bas du dos. Peut-être pourrez-vous retrouver le plaisir d'un mouvement que vous faisiez étant plus jeune. Peut-être, si vous êtes un homme, vous ne penserez plus que la souplesse est réservée aux femmes. Et là, vous serez vraiment souple, souple dans votre manière de vous regarder et de regarder la vie. Vous penserez que tout est possible et qu'il suffit simplement d'essayer.

Flexibilité du corps, du souffle et de l’esprit

Flexibilité du corps, du souffle et de l’esprit

COMMENTAIRES

Écrivez le premier commentaire !
Déjà membre ? Connexion
Invité
26/05/2019
 
  • Cœur
  • Happy
  • Soleil
  • Namasté

Votre studio de yoga en ligne

Accès illimité à plus de 350 cours à partir de 18€/mois, sans engagement

2 premières semaines gratuites

CasaYoga.tv
Plus de yoga
dans votre vie
Recherche Blog CasaYoga.tv

Recherche

 
Newsletter CasaYoga.tv

Newsletter

Pour rester en contact, inscrivez-vous à notre newsletter !